Déjà en 2004: Tant de victimes d’Abandon de Famille… et une association

PUBLIÉ LE 04/03/2004 | LA DÉPÊCHE DU MIDI

AGEN (47) – L’ASSOCIATION D’AIDE CRÉÉE VOILÀ DIX ANS FAIT FACE À DES CAS DOULOUREUX. TÉMOIGNAGE.

Créée voilà dix ans par l’avocat agenais Jacques Bertrand, l’association de défense des victimes d’abandon de famille va mener ce printemps une campagne d’information visant à mieux se faire connaître du public. Me Bertrand et Christine Fourneix, la présidente de l’association, entendent ainsi sensibiliser les personnes concernées sur cette question de société qui touche de plus en plus de monde, dans la proportion même de l’augmentation du nombre de séparations de couples.

L’avocat agenais explique ainsi qu’il a dû traiter dans sa carrière plus de cent cinquante dossiers d’abandons de famille. Des cas toujours douloureux, la précarité financière des victimes s’ajoutant à la détresse psychologique.

Pour conforter ses dires, l’homme de loi avait invité hier une jeune mère de famille à témoigner sur sa propre histoire. Une histoire édifiante sur ce que subissent certaines femmes délaissées. Mère de trois enfants, cette Agenaise a vu partir son compagnon alors que son benjamin avait à peine deux ans. Au départ, elle n’avait qu’une requête : la reconnaissance des ses enfants par leur père. Ce dernier s’y refusa, obligeant la dame et son défenseur à entamer une recherche en paternité. Une fois cette procédure aboutie, la mère réclama légitimement le versement d’une pension alimentaire. Le père fut une première fois condamné à payer 300 euros mensuels. Ne s’éxécutant pas, il écopa d’une peine de trois mois de prison avec sursis, suite à quoi il consentit à à régler … 61 euros mensuels pendant quelques mois. Depuis, il invoque une insolvabilité. Aujourd’hui, l’affaire est devant la commission des victimes d’infractions pénales qui doit statuer sur «le préjudice direct». Une procédure qui n’aboutira pas avant plusieurs mois. En attendant, cette mère de trois enfants subsiste avec les ASSEDIC et allocations familiales. Une histoire tristement banale, toujours unique.

B.S.

*Nous n’avons pas pu trouver les actions menés par cette association. Aussi nous apprenons que Me Bertrand est décédé en 2006 à la suite d’une maladie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s