Quand un rappeur met en danger le Droit de l’Enfant.

« Si elle me trompe je divorce pas je la bute. C’est hardcore de payer une pension alimentaire à un fils de pute. »

Cette phrase choquante, tiré des paroles de la chanson « Légitime Défense » (2008) par Despo Rutti (rappeur) fait le tour de twitter et Facebook depuis des années et ne peux qu’être un mirroir de la valeur que portent certaines personnes, non seulement au droits et dignités de la femme – de la mère, mais surtout au droit des Enfants.

Selon l’Article 27 de la Convention International des Droits de L’Enfant

L’enfant a le droit a un niveau de vie adéquat. Ceci est la responsabilité primordiale des parents, éventuellement aidés par l’état. Ce dernier assurant par toutes mesures appropriées le recouvrement de la pension alimentaire.

Donc, n’oublions pas que la pension alimentaire est un devoir de solidarité du par les parents et un droit fondamentale de l’enfant.

Ces paroles, qui résonnent aujourd’hui sur les réseaux sociaux ne font que transmettre la violence à une audience jeune, fragile et déjà bien trop souvent confronté à des abus de droits fondamentaux

Ironie de ces paroles: l’artiste dénonce les injustices issue de sa « condition ».

Publicités

5 réflexions sur “Quand un rappeur met en danger le Droit de l’Enfant.

  1.  » Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière.  »

    Cour Européenne des Droit de l’Homme, article 10

    • @Bapsou,
      Absolument, mais après, à chacun d’assumer ses paroles. Si un artiste (et ses perroquets qui reprennent en choeur les lyriques sur les réseaux sociaux sans même y prêter attention à quelle point ils sont nuisibles) pense que c’est de l’art de répandre ceci … c’est bien dommage qu’il n’a rien d’autre à offrir à la société.

  2. @abandondefamille
    Je comprend votre point de vue. Cependant le fait que certaines personnes reprennent cette phrase sans en comprendre le sens est nullement imputable à l’artiste. D’ailleurs dans plusieurs de ses compositions, il précise bien que sa musique, « elle s’écoute avec du recul ».
    De plus il ne porte aucunement atteinte aux droits fondamentaux de l’enfant mais pousse simplement un cri de révolte contre l’infidélité.

    • @bapsou: un recul que vous est moi nous pouvons avoir, mais qui n’est pas forcement donné au plus jeunes (audience cible). Du coup les paroles sont reprises en rafale et répandus sur les réseaux sociaux.
      Par ailleurs, ces paroles souligne l’amalgame faite entre pension alimentaire et désaccords de couple. La pension alimentaire est destiné aux enfants, d’ou ce blogpost un peu réac (aussi un cri de révolte) mais fondé sur des vraies problématiques de notre société.

  3. Nouveau:
    Notre billet posté sur Facebook a fait l’objet d’une plainte pour propos allant à l’encontre des règles de Facebook.
    Voilà donc l’ironie: L’artiste a le droit à la libre expression, mais nous n’avons pas le droit de questionner ses propos….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s